La Mensur

Cette vidéo est extraite du film documentaire « Mondo di Notte N.3 » réalisé par Giani Proia et sorti sur les écrans en 1963.
La scène se situait à l’orée des années 60 dans le Berlin occupé par les vainqueurs. Les prises de vues montrent une ville dévastée et emmurée. Partout des barbelés et des murs pour séparer les différentes zones d’occupations, des immeubles condamnés et des quartiers entiers qui ne se lèvent pas des ruines.
C’est dans ce cadre post-apocalyptique que l’extrait vidéo nous fait soudain entendre de jeunes voix qui entonnent un chant héroïque du fond d’une taverne. Il s’agit d’étudiants, d’étudiants membres d’une corporation qui se réunissent pour chanter et pratiquer la « Mensur ».
Inspiré, au Moyen-Age, de la vieille ordalie burgondo-franque, le duel à l’arme blanche visait principalement à réparation d’une offense. Il s’agissait d’une coutume venue de la plus haute antiquité germanique.
Depuis La Renaissance, la pratique s’était ritualisée toujours d’avantage pour quitter son rôle de duel et devenir une épreuve permettant d’entrer et de se distinguer au sein des corporations qui la pratiquaient.
Le combat avait des règles très anciennes. Le visage, par exemple, devait rester parfaitement immobile pendant l’affrontement. Ces jeunes allemands que nous voyons s’affronter, violèrent les lois sur le duel en se laissant filmer et, une polémique berlinoise suivit la projection de ce documentaire.
Dans ce pays meurtri par sa défaite, ces étudiants souhaitaient montrer leur héroïsme, leur stoïque indifférence face au jeu des lames aiguisées qui menaçaient leurs visages et, leur mépris de la douleur si celles-ci les touchaient. Les marques que laissaient de tels affrontements démontraient le courage physique et une parfaite maîtrise de soi comme de véritables décorations incarnées.  

Les commentaires sont en Italien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *